La vie au Kenya marque une véritable rupture avec le quotidien suisse. Qu’il s’agisse de transport, d’alimentation ou encore d’entrainements, la vie est juste différente en tous points de vue. En quelques chiffres, en voici des exemples.

CHF 1.- : Un trajet Iten-Eldoret

La Suisse est réputée pour son niveau de vie élevé. Cela se vérifie lors de l’utilisation des transports publics qui, bien que d’une grande qualité (propres, ponctuels), coutent un bras. Au Kenya, les transports publics au sens où nous l’entendons n’existent pas. Ici, c’est Matatu (minibus 9 à 14 places) ou piki-piki (motocyclettes pouvant transporter jusqu’à 4 (!) personnes). Le trajet Iten-Eldoret d’environ 45 minutes coute CHF 1.- et dans la mesure où il n’y a pas d’horaires définis, vous voyagez sans retard. Pas mal, non ?

2396 m : L’altitude maximale

L’altitude de Iten représente l’une de ses particularités. Le point culminant du village, au Poste de police, est à 2396m. Plusieurs autres centres d’entrainement dans les environs d’Eldoret tels que Kaptagat et Kapsabet proposent des altitudes égales à plus élevées, mais sont méconnues des coureurs européens. La forêt de Kaptagat est pourtant magnifique. Un nouveau lieu d’entrainement à considérer ?

3’45/km : L’allure des footings vallonnés

Habitué aux footings à allure légères soit 4’30/km à plat en Suisse, le rythme kenyan est tout autre. En moyenne 4’00/km mais bien souvent 3’45/km sur les derniers kilomètres montants. Des allures incroyables que les champions réalisent avec une aisance déconcertante. Certains groupes tels que ceux de Julien Wanders réalisent des moyennes supérieures telles que 3’35-40/km lors des footings dits ‘confortables’.

25 km : Kilométrage moyen des kenyans

En Suisse, une personne se définira comme ‘coureur’ dès le moment où elle pratiquera de la course à pied environ 3 fois par semaine, soit environ 30 à 50 km. Au Kenya, les habitants de Iten parcourent en moyenne 25 km par jour, soit 150 km par semaine. C’est le cas de ma ‘cooking mama’ qui, en plus de ce kilométrage, prépare les repas, lave le linge et entretien le ménage. Un exemple pour les suisses ?

CHF 3.- :Tarif moyen d’un massage

Un massage sportif en Suisse coute entre CHF 60 et CHF 80 par heure. Des montants élevés expliqués par le fait que de nombreuses assurances-complémentaires remboursent ces prestations jusqu’à hauteur de 90%. Un système que le Kenya ne connaît pas, mais dont il n’a pas besoin. Le massage coute entre CHF 2.- et CHF 3.- pour 1h à 1h30 de pur bonheur. Et les masseurs locaux savent presser ! Oserez-vus vous y essayer ?