Première étape de notre migration hivernale : L’Afrique du Sud et plus précisément la ville universitaire de Potchefstroom, dite Potch’. Située à environ 120 km à l’ouest de Johannesburg dans la province du Nord-Ouest, la cité propose de formidables conditions d’entraînement qui attirent des athlètes du monde entier. En quelques jours à peine, nous nous sommes pleinement immergés dans un contexte dédié à la performance. Récit de notre arrivée en terres africaines.

Cela fait des mois que Rachel et moi préparons ce projet. En mai dernier, nous prenions notre billet d’avion sans réellement savoir jusqu’où cette aventure nous mènerait, ni ce qu’elle impliquerait dans nos vies respectives.

Depuis lors, tant de discussions animées, de projections et d’énergie engagée dans un rêve qui petit à petit, est devenu réalité. Les pièces du puzzle se sont petit à petit mises en place et grâce à vous, nous y sommes arrivés ! Vos nombreux messages ainsi que vos soutiens via notre projet I Believe in You nous permettent de croire en nous et de réaliser un rêve qui nous semblait impossible il y a encore peu de temps. Je suis aussi tellement reconnaissant envers mon employeur qui m’a permis de vivre ce rêve le temps d’un hiver.

Finalement, ça y est, nous sommes à Potch’ !

Malgré ses apparences de ‘Mégapole suisse’ avec ses plus de 220’000 habitants, Potch’ est un endroit très calme. Majoritairement connue pour son université (plus de 30’000 étudiants sur son campus), on retrouve ici un contexte très européanisé qui s’explique par les origines coloniales (britanniques et bataves) du lieu.

Potchefstroom est connue pour ses allées bordées de chênes dont la plus longue mesure plus de 6 km (!).

A majorité blanche (70%), la ville propose toutes les commodités de chez nous, voire davantage : Fitness, piscine indoor, bars étudiants et Beef Grills. On trouve en quelques hectomètres ce qu’il faut chercher sur la superficie d’une ville en Suisse. Un sentiment renforcé par la position centrale de notre guesthouse (‘Huys ten Bosch’), située à quelques pas de l’université et du stade, soit tout proche du centre névralgique de la ville.

Les infrastructures sportives du lieu sont juste incroyables et se prêtent parfaitement à la pratique de l’athlétisme. Aux abords de la piste de 400m en … gazon, on trouve le High Performance Institut (HPI). Au sein de celui-ci, une salle de gym climatisée avec des machines jamais vues, idéales pour la récupération et le traitement des sportifs actifs et blessés. Egalement, un laboratoire permettant des tests (alterG) ainsi que des bassins d’eau chaude et froide pour la récupération.

De nombreux athlètes internationaux à l’image de Léa Sprunger, championne d’Europe en titre du 400m haies et Aauri Bokesa (ESP), s’entraînent à Potch’ en hiver.

Les conditions d’entrainements extérieures sont tout autant bonne quoique difficiles ces derniers jours en raison d’une inhabituelle vague de chaleur (36 degrés de moyenne la journée). Lors des footings, je ressens également l’altitude (1’400m) qui n’est pas si élevée, mais qui a tout de même son petit effet sur mon corps peu habitué. En Suisse, je réalise ainsi mes footings à une allure d’environ 4’30/km (env. 13 km/h) tandis qu’ici, je suis à environ 5’15-5’00/km (soit 11.5-12 km/h). Cela devrait s’améliorer après quelques jours d’acclimatation.

Dans le bain chaud du HPI, pour une récupération au top !

Dans mes prochains posts, je reviendrai sur l’évolution de notre séjour, entre présentation des locaux et des athlètes internationaux présents et quelques highlights de notre quotidien sud-africain : -)

Merci de vos lectures !