La Ville de Santiago du Chili

40 jours de séjour, woaw ça passe vite ! Plusieurs amis de l’école Bellavista ont quitté la métropole et la suite de mon voyage s’organise. Un vent de départ qui annonce le basculement dans la (déjà!) deuxième moitié de mon séjour au Chili. Ça sent le changement!

Ces deux semaines – entrecoupées du Wings for Life Challenge – n’ont pas été intenses en rencontres comme lors de mon premier mois de séjour. Par contre, j’ai passé davantage du temps avec les gens autour de moi, et c’était humainement chouette. Avec Julian (mon pote allemand), on s’est ainsi rendus à notre ‘traditionnel’ cours de dancehall (un mélange de hip-hop et de reggae) les mardi soirs et franchement, je suis trop fan ! D’autant plus qu’on commence à comprendre ce qui se passe! haha.

Le cours de Dancehall du mardi soir.

Ces derniers jours, j’ai aussi passé pas mal de temps avec Seline, une … suissesse ! En 3 mots, elle a 25 ans, elle vient de Uster (ZH) et elle est à Santiago comme ‘fille au pair’ durant 3 mois. On a trop eu un bon feeling et on s’est ainsi vu plusieurs fois pour ‘chiler’ en ville de Santiago (ça me permet d’exercer mon allemand). On a fêté son anniversaire ce samedi et dimanche, on s’est rendus avec sa maman d’accueil (une suissesse également!) et le petit Cédric (15 mois) pour une excursion dans les Andes.

Seline, Cédric & moi =)

… et imagiez-vous qu’on a vu de la NEIGE! (youhouuuu!). Après environ 1h de voiture depuis Santiago, on s’est retrouvé dans une station de ski (nommée ‘Farelonnes’) à plus de 3’000m d’altitude et tant Seline que moi, on n’y croyait pas ^^. On a un peu marché et admiré les magnifiques paysages des Andes alentours, magnifique ! Le ciel était si clair, on voyait à des dizaines de kilomètres à la ronde, notamment la ville de Santiago et son nuage de pollution (juste impressionnant!).

Neiges printanières dans les Andes.

La pollution qui recouvre la ville de Santiago

Pas étonnant que de nombreuses personnes souffrent des particules en ville. Mes parents d’accueil sont ainsi malades depuis 2 semaines (apparemment, une ‘toux allergique’ aux particules) et il m’a fortement été recommandé de ne pas faire de sport. Bon, je n’ai pas senti d’effet jusqu’à présent (je croise l’index et le majeur, tout en touchant du bois avec le pouce), mais c’est assez effrayant d’observer les conséquences directes de la pollution sur l’humain. On est vraiment des ‘petits poulets’. Une grippe aviaire et HOPP! Tschüss ;-))

Bon, je débloque un peu, mes excuses. Toujours est-il que la vie ‘sous le brouillard’ se passe bien ! Ça n’empêche pas certains de chanter, comme cet opéra auquel j’ai assisté samedi soir dernier dans le café littéraire du parc adjacent à ma maison. L’opéra en espagnol, c’est magnifique. Ceci n’est pas une blague. Ci-dessous, la chanteuse que j’ai préférée au cours de la soirée.

Un opéra chilien.

Le lendemain matin, réveil de bonne heure pour le Wings for Life Challenge. Content de ma course (j’ai notamment passé à la télé chilienne lors des news le lendemain!!), j’ai vraiment rapidement récupéré. Pour autant, j’ai décidé de couper un peu avec le sport ces 2 dernières semaines (dans un premier temps pour économiser de l’énergie avant ma course, puis dans un second temps pour privilégier la Vie à Santiago, sans m’imposer des contraintes d’entraînement). Il faut savoir récompenser son corps de temps en temps 🙂

C’est ainsi que mercredi soir, on est allé ‘boire des verres’ et danser avec des potes comme des petits fous =P On s’est retrouvés dans une fête internationale et on a bien profité ! Mon corps était content sur le moment, mais moins le lendemain haha! La nuit a été courte, mais je précise que j’étais présent et (plutôt) éveillé le lendemain pour mes cours d’espagnol. www.J’assume.ch/mais-dur-quand-même.

Des cours d’espagnol qui se passent d’ailleurs plutôt bien =) J’ai vraiment révisé cette semaine et je sens les progrès lorsque je parle avec des hispanophones. Les différences de temps sont de plus en plus claires et je suis de plus en plus à l’aise en parlant (mon voc’ s’étoffe gentiment, ça aide!).

Bon, l’intégration locale ne passe pas uniquement par la maîtrise de la langue. Je me suis ainsi initié à la préparation de délices culinaires locaux – le Ceviche et le pisco – lors d’un cours de cuisine dans le cadre de mon école. Bon, j’dois dire que j’ai pas hyper apprécié le Ceviche (un poisson ‘baignant’ littéralement dans un jus de citron en abondance, adjacent à un riz sur-pimenté) mais le pisco (un alcool typique chilien) était top ! Par-contre, je pourrais pas vous le refaire ^^.

La ‘Team Ceviche’

Les ingrédients nécessaire à la préparation du Ceviche.

La suite de ce séjour chilien ?! Encore deux semaines de cours (et d’entraînements!) puis le départ pour l’aventure. Le plan actuel est de prendre un bus en direction de La Serena (rester 1-2 jours sur place) puis me rendre à San Pedro, en plein désert d’Atacama. De là, j’aimerais effectuer des excursions à vélo (lorsque c’est possible) et participer à des tours organisés, histoire de voir un peu du pays ! 🙂

Je me réjouis de vivre cette expérience (mon premier ‘trip sac à dos’ seul), d’autant plus que plusieurs de mes amis (dont Julian, l’un de mes meilleurs potes ici) ont quitté Santiago ces derniers jours.

Le dîner de départ de Julian

Dans le courant de cette semaine, je souhaite encore vous partager sur ce blog un non-exhaustif recensement des différences que j’ai pu observées entre la Suisse et le Chili. Des pratiques parfois opposées, quelques observations … étranges. Bref! A dans peu.:-)