Woaw ! En un mot, voilà comment pourraient se résumer ces premiers jours à Santiago. Tant de lieux, d’ambiances, de saveurs et d’horizons jusque-là inconnus qui se sont ouverts à moi. Un mix d’émotions que je vais essayer de vous résumer.

Vendredi 8 avril 15h, premier sentiment à mon arrivée à Santiago : sec ! Depuis mon départ de Neuchâtel, 35h se sont écoulées. Ça m’apprendra à choisir un itinéraire peu cher et pas très direct : Genève – Santiago via Montréal puis Toronto. Des heures de voyage qui ont débouché sur une réflexion : ‘Cheaper is not easier‘. A méditer …

A mon arrivée à l’Avenida Rangagua 0120, Keka et Diego – mes parents d’accueil – m’attendaient. Plein de gentillesse, ils m’ont indiqué une chambre située au Nord un bâtiment, contenant 2 lits (!), un dressing et une table de nuit. Nous avons ensuite parlé en espagnol et étonnamment, j’arrivais me faire comprendre. Bon, c’était pas ‘fluent’ mais on parvenait à communiquer. Premier bon sentiment 🙂

Le bâtiment situé à l’Avenida Rangagua 0120

Une turbo-sieste et j’étais requinqué ! Première visite de la ville en footing et première impression : c’est grand ! Une immensité dont j’ai pris la mesure le lendemain, en me rendant au Cerro San Cristobál, un mont de 350 mètres situé non-loin de chez moi. Celui-ci offre une vue panoramique imprenable sur une étendue de bâtiments de tous genres – du gratte-ciel à la petite cabane – sur une surface d’environ 40 kilomètres carrés (7 fois la taille du Canton de Genève). Bienvenue à Santiago ! Avec en toile de fond, la magnifique Cordillère des Andes et ses sommets partiellement enneigés.

Une neige qui n’atteint quasiment jamais la ville de Santiago. En effet, la température en juillet-août (les saisons sont inversées) ne descendent que rarement en-dessous de 0 et le climat est plutôt sec. Actuellement, la température est d’environ 20-25 degrés (pas mal pour un automne, non ?) et c’est un sentiment assez agréable de se promener en short & T-shirt dans les parcs au début du moins d’avril. A ce propos, j’ai été très surpris par la quantité d’espaces verts qui se trouvent au centre-ville. Un parc borde d’ailleurs mon domicile – le ‘Parque Bustamante’ – et il est très agréable de s’y balader.

Le Parc Bustamante

Globalement, la vie est très différente de celle en Suisse. Les chiliens se baladent très souvent à plusieurs, et passent beaucoup de temps à flâner dans les parcs. Assis en cercle, ils écoutent de la musique, jouent d’un instrument ou discutent simplement. Un esprit de rassemblement qui se retrouve dans toute la communauté chilienne. Vendredi soir, en me baladant, je suis ainsi ‘tombé’ sur un bâtiment relativement moderne, aux abords duquel dansaient, chantaient et chillaient des gens. Intrigué, j’ai visité l’endroit (j’ai appris plus tard qu’il s’agissait d’un centre d’art) et suis tombé sur une grande ‘arrière-cour’ dans laquelle dansaient plusieurs dizaines de personnes sur des airs de salsa. Les gens avaient l’air juste heureux et franchement, ils dansaient super bien. C’était magnifique à regarder.

Dans un moment d’extrospection, je me suis vu heureux, avec un sourire comme je pense n’en n’avoir jamais eu. J’étais LÀ, à l’autre bout du monde, il faisait nuit et chaud, j’étais entouré de gens juste heureux. Comment ne pas partager leur joie ? Je pense qu’en Suisse, nous avons beaucoup à apprendre de cette culture de partage et d’ouverture.

Bref, petite parenthèse fermée, j’ai abordé un professeur-danseur et lui ai demandé s’il était possible de joindre le cours. Il m’a expliqué que oui, à 21h, un cours de ‘Mansilla’ allait commencer. Durant 1h, j’ai donc appris cette danse. Seul dans un premier temps, il s’agissait ensuite de danser avec les ‘chicas’. Je crois que j’étais nul. En fait non, j’en suis sûr haha! Mais peu importe, j’ai adoré ce moment de partage et je pense y retourner ce vendredi. A l’occasion de ce cours, j’ai également fait ma première rencontre ‘locale’, Juan-Paolo, un chic-chilien de 20 ans.

Le quartier d’affaire de la capitale chilienne

Des épisodes comme celui-là, j’en ai vu bien souvent depuis 5 jours. Il faut dire que j’ai pas mal ‘baroudé’ depuis mon arrivée, parcourant plus de 100 km à pied (marche et course à pied) de vendredi à ce jour. J’ai notamment observé de grandes différences d’ambiance d’un quartier à l’autre, c’est très choquant. En 15 minutes de marche, il est possible de voir successivement des petites allées avec maisons et arbres en bordure de route, un édifice ultra-moderne vitré et soudain, une église de style colonial. Une diversité architecturale que je vais essayer de mettre en avant ces prochains jours, sur mon compte Instagram.

Plus studieusement, j’ai débuté les cours d’espagnol hier. La Escuela Bellavista est vraiment choue, avec ses murs en bois laqué bleus et blancs. L’ambiance y est vraiment sympa et j’ai rejoint une classe qui étudie la conjugaison du passé et du futur en espagnol. Dans ma classe, 5 autres filles (2 australiennes, 2 allemandes et 1 coréenne du nord qui à réussi à fuir son pays … nan j’rigole, elle est du sud ;-)). J’ai particulièrement eu un bon contact avec Alexandra, une allemande expatriée à Santiago et qui va s’y marier d’ici quelques mois.

De gauche à droite, David (D), Henri (D),
Sumner (USA) & Julian (D)

J’ai également passé de bons moments avec mon ‘coloc’ – un américain qui vit dans la même famille que moi – dénommé ‘Sumner’, ainsi qu’un groupe d’allemands. Entre nous, nous parlons en espagnol et en anglais, parfois en allemand. Un mélange de langues parfois difficile à gérer, mais c’est à vivre une fois dans sa vie ^^.Ah! .. et aujourd’hui, j’ai aussi rencontré un anglais, Oliver, vraiment cool. Comme moi, il aime le sport et souhaite partir un prochain week-end dans les Andes pour escalader un sommet de 3200m en marchant/courant (10h d’excursion selon ses plans!). Comme on approche de l’hiver, le projet devrait se concrétiser d’ici 2 semaines maximum, je vous en raconterai l’évolution.

Parmi les autres projets à venir, je planifie d’agrandir mon spectre de visite en me déplaçant à vélo (j’ai acheté cet après-midi un pignon fixe troooop stylé pour peu cher! Voir ci-dessous.) et j’aimerais aussi rencontrer un maximum de chiliens. J’ai contacté quelques personnes sur place et je vais normalement passer du temps avec eux ce weekend. Dans mon prochain post, probablement en cours de semaine prochaine, je vous expliquerai tout ça !

Mi bicicleta 🙂

Merci pour vos lectures, ça me fait plaiz’ de vous partager ce que je vis ici ! N’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous, c’est toujours un plaisir d’avoir des petits retours !