La dernière partie de mon séjour ? Une invitation à l’aventure. Avant de tirer un petit bilan de ces 9 semaines au Chili, j’avais envie de vous partager mes émotions et expériences des derniers jours, au confins du désert.

Dimanche 29 mai : Trop excité ! Je m’apprête à m’envoler pour le Nord du Chili. Les contrôles à l’aéroport de Santiago sont inexistants : prends en cabine tes 2 litres d’eau, ton couteau suisse, ton caniche et Vamos! Après deux heures de vol, on atterrit en plein désert, dans la ville minière de Calama. En passant, je ne suis jamais sorti si facilement d’un aéroport, on se serait cru dans une gare ^^.

Une heure de navette et me voici à San Pedro d’Atacama, mon QG durant ce séjour. Un endroit vraiment convivial : des rues en terre battue, dont les deux principales artères qui regroupent l’activité touristique du village (location de VTT, excursions alentours, restaurants). Une taille humaine (5’600 habitants) qui contraste vraiment de Santiago. Ici, un bancomat, un club de sport, des coupures d’électricité et pas forcément d’eau chaude (en tout cas pas dans ma guest-house xD!).

Le village de San Pedro d’Atacama

Sur place, j’ai retrouvé Aine, une brésilienne de l’école Bellavista que j’ai rencontré deux jours auparavant. Pur hasard, elle voyageait à San Pedro quasi en même temps que moi et son hôtel se trouvait à quelques mètres du mien. Comme le monde est petit, on a encore rencontré le premier soir des gens de l’école.

Aine et moi

L’idée de ce voyage, c’était d’être ‘actif’ et de vivre des expériences. La première d’entre-elle ça a été le logement. J’ai ainsi logé dans une guest-house très … originale. Une grande pièce ouverte qui comprenait 16 lits, un petit coin salon, des douches, une cuisine. Tout était ouvert, ce qui contraste avec le ‘culte de la propriété’ helvétique. Une pure vie en communauté, vraiment cool ! J’ai rencontré plein de gens dont pas mal de chiliens. C’est d’ailleurs étonnant de voir le nombre de chiliens qui viennent à San Pedro en vacances. La plupart profitent de leurs weekends prolongés pour faire un ‘crochet’ de 4 jours depuis Santiago, et l’aventure est tout autant excitante pour eux que pour nous, petits européens.

Ma guest-house très ‘open’.

Avec Aine, on a décidé un peu à l’arrache de participer à un tour organisé en Bolivie, jusqu’au Salar d’Uyuni. C’était une expérience que je voulais vraiment vivre. Durant 4 jours, on a ainsi ‘baroudé’ en jeep sur les hauts-plateaux boliviens (entre 3’500 et 5’000m!). A cette altitude, le corps a parfois des réactions étranges et il est important de boire beaucoup. Et pourtant … ouch’ la tête au réveil de la première nuit! Un troupeau de lamas a sans doute dû passer dans les environs de mon lit cette nuit, et l’un d’eux s’est encoublé sur ma boîte crânienne, c’est la seule explication ‘rationnelle’ que j’ai trouvée. D’ailleurs, ledit lama s’est fait un malin plaisir à me narguer dès le matin, en broutant paisiblement quelques verdures devant notre refuge de la nuit ;-))

Le lama qui m’a sans doute ‘heurté’ durant la nuit.

La route qui nous menait jusqu’au Salar d’Uyuni n’avait rien d’une autoroute, parfois, rien d’un chemin même ^^. L’avancée en direction d’Uyuni était assez lente et nous avons eu l’occasion de faire connaissance avec les autres personnes qui se trouvaient dans la Jeep. Les 3 chiliens de l’expédition (18 personnes repartis en 3 jeep) se trouvaient avec Aine, Michele (un italien) et moi. Nous avons ainsi eu l’occasion de pratiquer notre espagnol. Par la suite, ces 3 chiliens (Malenie, Carolina & Valentin) sont devenus de véritables amis. A la fin du séjour, nous nous sommes ainsi retrouvés à San Pedro pour profiter de la vie tous ensemble =).

La Team de la Jeep (de g. à dr.) : Aine, Carolina, Rimber (le chauffeur), Malenie, Valentin & Michele

Bref, retour en Bolivie! Sur le chemin du Salar, nous avons vu de magnifiques paysages, dont quelques-uns ci-dessous. Des lagunes, un ciel tantôt d’une pureté irréaliste, tantôt clairsemé de nuages aux courbes inconnues. Malgré la chaleur apparente sur les photos, je vous garanti qu’on se les caillait. A plus de 4’000m, le vent souffle très fort et les températures sont fraiches (-2° à +5°). Pensée du moment : Vivement les grillades au bordu.

Des paysages à couper le souffle …

… et encore !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

… encore …

A la fin du deuxième jour, on a finalement atteint le Salar d’Uyuni, juste pour le coucher de soleil. Un lieu juste irréel, qui s’étend sur près de 12’000 kilomètres carrés, quasi le tiers de la surface de la Suisse. L’occasion de prendre quelques photos avant de rejoindre l’hôtel … de sel (!). On a enfin pu prendre une bonne douche chaude (5 minutes maaax’). Y’avait un mec qui contrôlait le temps qu’on prenait, mais j’l’ai emmené dans un débat ‘philo-illogique’ et il en a oublié son chrono haha! Le soir, on a observé les étoiles et les galaxies. Le ciel est tellement pur dans cette partie du monde (il n’y a pas de pollution), c’est incroyable! J’ai même vu une étoile filante, vite, y faut faire un voeux!

Jeux de lumières

Le lendemain, départ aux aurores pour apercevoir le lever de soleil depuis le ‘Mirador du Salar’ et pour une petite ‘séance photo’ sur le Salar en lui-même. C’est fou comme la pureté de l’environnement  peut s’avérer inspirante. Voici ci-dessous deux illustrations de ce moment.

Sur le Salar d’Uyuni

Un endroit charmant pour faire de la bicyclette ^^

 

 

 

 

 

 

 

 

Par la suite, nous avons atteint la ville d’Uyuni et pour la première fois, j’ai véritablement réalisé que nous étions en Bolivie. Les gens étaient très différents du Chili, tous vêtus d’habits traditionnels et peu ‘tourists oriented’. On se serait cru dans les années 60, c’est fou ! On a rapidement visité un ‘cimetière de train’ (la ville est entourée de mines de cuivre, d’or et d’argent) puis visité un marché local. Pas un seul touriste, juste nous.

Le cimetière de trains d’Uyuni

Le retour à San Pedro depuis la Bolivie était moins sympa que l’aller. Le nouveau chauffeur n’a quasi rien dit durant les 10 heures de trajet, on a eu froid et on était bien contents d’arriver entiers à San Pedro au petit matin. Ouf’, une belle aventure! A peine le temps de se remettre de mes émotions que l’aventure a continué. L’après-midi, j’ai expérimenté le ‘sandboarding’ (une sorte de ‘snowboard des sables’). Location d’un VTT, planche de snow sur le dos et feu départ! Direction Vallée de la MoOort (bouuuh!) à quelques kilomètres de San Pedro où se trouve une dune d’environ 20 mètres de hauteur. Durant plus d’une heure, j’ai ‘sandboardé’ et franchement, c’était pas trop dur et vraiment cool !

Le Sandboard.

Les trois derniers jours qui me restaient à San Pedro, j’ai visité plusieurs endroits alentours à VTT. Je me suis rendu un jour à la Lagune Tebenquiche et une autre fois aux Bains de Puritama. J’ai adoré cette expérience ! Imaginez : une ‘petite grimpée’ à vélo (genre 30 km et 1’300 mètres de dénivelé) et une rivière paradisiaque à 34 degrés, entourée de roseaux, vous attend au sommet =)

Froidance polaire.

L’oeil du Salar, sur le chemin de la Lagune Tebenquiche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Thermes de Puritama

Petite parenthèse sportive, je n’ai toujours pas couru depuis pile un mois et le Wings for Life Challenge. Mon tendon d’Achille me fait toujours souffrir et je ne veux pas forcer (c’est le pire lors de blessures du genre!). Je m’accorde un repos de course à pied jusqu’au 1er juillet avant de reprendre petit à petit l’entraînement. J’ai bien peur de ne pas pouvoir participer au Trophée des Tablettes, la course qui me tient à coeur ces prochaines semaines (puisque ‘à domicile’!), à voir ce que dit mon corps.

Lors d’un entraînement dans les environs de San Pedro

Hier soir, je suis retourné à Calama (où je n’ai pas pu voir la célèbre mine de Chuquicamata, ma visite ayant été annulée!) et j’ai pu vibrer au rythme du match de la Copa America entre le Chili et l’Argentine. L’équipe a finalement perdu 2-1 mais c’était sympa de partager ce moment avec mon hôte, Alberto.

Tout juste de retour à Santiago, je vais y passer 24h afin de récupérer mes bagages et faire un dernier ‘au-revoir’ à mes amis. Je vous partagerai un petit ‘bilan’ de mon 9 semaines au Chili d’ici samedi 🙂

Merci pour vos lectures !