Conditions difficiles pour cette étape Rochefortoise.De retour sur la bicyclette, j’avais à coeur de bien figurer lors de l’étape de la Raiffeisen Trans qui faisait halte dans ma commune d’origine, Rochefort. Au final, pas tellement de plaisir et un résultat décevant. On va rapidement se tourner vers les prochaines courses, hein ;-))

 

Blessé au tendon d’Achille depuis le 9 mai dernier, j’ai parcouru pas mal de kilomètres à vélo ces dernières semaines (env. 150 km par semaine en moyenne). D’abord en pignon fixe à Santiago, puis à VTT dans le désert d’Atacama et finalement au pays des 3 lacs à mon retour en Suisse.

Motivé comme jamais, je me suis fixé comme premier objectif de bien figurer lors de la course par étape la plus populaire de ma région, la Raiffeisen Trans. En particulier, j’avais à coeur de briller lors de l’étape de Rochefort, mon village d’origine. Malheureusement, ça n’a pas été le cas :-/

Après un assez bon départ sur une véritable ‘rampe de lancement’ d’environ 1km en montée sur bitume, je figurais aux alentours de la 40e position. Tout allait bien. Les problèmes ont commencés dès la première descente. Bouuuh des graviers, des petits virages ! Je déclipe, manque d’aisance flagrant. Au moindre passage dans la boue, je lâche la roue du coureur qui me précède, je dois relancer, énergie perdue inutilement BONJOUR !

Lors de la première montée

A mi-course, je figure aux alentours de la 55e position. Lors des passages roulants, tout va (très) bien, mais c’est pas pareil quand ça tourne ou lorsqu’il y a des flaques de boue. Résigné, je lâche mentalement à mi-parcours et termine la course en mode « n’imp ». Quelques accélérations, des encouragements aux autres coureurs et des montées pas à bloc, bref, rien de cohérent.

Lors de la dernière descente, pas du tout à l’aise dans la boue, je déclipe une fois de plus et je chute. Pris dans mon vélo, couvert de boue et égratigné, je demande juste à arrêter ce massacre. Que fais-je ici ? Petit doute du moment M … Je rejoins l’arrivée en partie à côté du vélo et en riant jaune.

A l’arrivée, méga-déception ! ^^’ Si au moins j’avais eu du plaisir … mais c’est même pas le cas 🙁 Durant près de 50 minutes, j’ai eu le sentiment d’être un débutant, pas dans mon sport. Un peu dégoûté, j’ai décidé de ne plus faire la moindre course de VTT en 2016.

 

Ne me parlez plus de VTT cette année ! =P

 

Bon, il y a des points positifs =) J’ai pu vivre une étape dans le village qui m’a vu grandir (c’est une chance!), mon ‘frère’ Julien Oppliger est venu m’encourager en course (trop du plaisir de le voir là!) et j’ai passé un chouette moment avec mes potes lors de l’après-course =) A ce propos, j’voulais tirer un coup de chapeau à mon pote Emile ‘machine’ Barben qui a remporté la course au scratch et qui a enchaîné avec les championnats du monde de marathon VTT ce weekend. Il décroche un incroyable 42e rang au final. Juste énorme !

La suite … ? En fin de semaine et comme prévu initialement, je vais prendre part à la course de côte du championnat neuchâtelois ‘Bôle – La Tourne‘ (7.34 km, D+ 586m). Toujours blessé au tendon d’Achille, mon programme estival va par-contre quelque peu changer de ce que j’avais initialement prévu.

Je vais participer à deux courses de cyclisme sur route (Le 3 juillet, la Jolidon Classique de 71 km, puis la Jean-Marie Grézet de 60 km le 21 août) avant de participer au triathlon de la Chaux-de-Fonds (le 29 août). Un petit défi qui me permettra de me tester sur une courte distance en course à pied, tout en me faisant plaisir à deux-roues =) Bon, plus qu’à apprendre à nager … héhé 🙂

Ah! …et bonne nouvelle du jour, j’ai été faire quelques pas de course à pied et je n’ai ressenti aucune douleur à mon tendon. Un début encourageant. Mais pas d’emballement … ! 😉

Liens relatifs :