Dans la continuité d’une fin d’année 2017 sportivement insatisfaisante, il me tenait à cœur de débuter la saison 2018 de la meilleure des manières. C’est au cœur de l’archipel des Îles Canaries, sur l’île de Tenerife, que ma saison 2018 s’est véritablement lancée.  Récit !

Une aventure qui débute en août dernier, lorsque Rachel me partage son envie de voyage dans le Sud au cœur de l’hiver. La destination de Tenerife est logique ; proximité du continent, faible décalage-horaire et températures idéales en hiver.

Le Sud de l’île, particulièrement la Playa de Las Americas, a l’avantage de proposer des infrastructures d’excellente qualité, à l’image du Stade Olympique Antonio Dominguez Alfonso. En ce lieu migrent de nombreux coureurs internationaux, telles que la sprinteuse néerlandaise Dafne Schippers ainsi que les équipes nationales d’athlétisme britanniques et belges notamment. L’ensemble des athlètes prépare la saison à venir au cœur de l’hiver canari, dans des conditions idéales (20 à 25 degrés).

Première séance sur la piste du Stade Olympique.

C’est dans ce contexte que nous atteignons Tenerife. Notre hôtel est idéalement situé, à 100 mètres du stade et 8 minutes à pied de la mer. Rapidement, nous prenons la mesure du lieu. Dès le premier soir, nous apercevons la famille Borlée au buffet de l’hôtel. Les 3 frères vedettes, spécialistes du 400m (4èmes du relais 4x400m aux JO de Rio 2016), sont accompagnés de leur sœur et de leur père qui les entraine.

La Famille Borlée : Olivia, Jonathan, Dylan et Kevin (de g. à dr.)

Le lendemain sur la piste, c’est ce dernier qui nous dispense ses conseils lors du passage de haies. Une motivation énorme pour nous que de pouvoir bénéficier de telles recommandations. Aux côtés de ces champions, nous enchainons les exercices de technique de course puis les tours de piste à plus ou moins vive allure. Les journées passent vite, et nous nous efforçons de suivre minutieusement le plan mis en place par notre entraineur, André Guerdat.

L’importantissime stretching d’avant-training

Aux séances sur piste succèdent les endurances réalisées hors du stade, à pied ou à vélo. J’ai ainsi eu le bonheur de faire quelques ‘bornes’ à bicyclette dans des conditions idéales, doux rappel du camp d’entrainement à vélo réalisé 12 mois plut tôt sur l’île voisine de la Grande Canarie.

A bicyclette avec Rachel 🙂

De son côté, Rachel a réalisé plusieurs séances de force dans la magnifique salle mise à disposition gratuitement (merci à lui !) par l’une de nos rencontre ‘locale’, le belge Patrick Leuyckx. Installé à Tenerife depuis plus de 20 ans, celui-ci propose des formules ‘all included’ pour les sportifs de notre cru à des prix défiant toute concurrence.

Rachel dans la salle de force de Patrick Leuyckx

Autre rencontre de la semaine : le sympathique masseur italien Andrea Buratti. Celui-ci a été aux petits soins pour nous en deuxième partie de séjour, nous permettant d’encaisser la dernière séance de la semaine au mieux. Un staff digne des plus grands !

Dans le vol du retour, le bilan de la semaine est positif. L’enchainement des séances s’est révélé plutôt aisé et bien qu’éprouvés, nous rentrons en Suisse chargés d’une ‘bonne’ fatigue. Aucune blessure à relever (on touche du bois !), du plaisir et cette envie de réaliser une bonne saison 2018 !

Tandis que Rachel arrive désormais en phase finale de sa préparation aux championnats suisses indoor de 400m (17 et 18 février à Macolin), je continue ma quête de la ‘vitesse’ : De la piste en première partie de saison (1’500 mètres à 5’000 mètres) avec 1 ou 2 incursions en ‘hors-stade’, puis un focus sur le 10 km en automne (lors du Marathon de Berlin ?) et enfin les corridas en hiver.