A l’arrivée de la Vertical Sky Costanera

Ce matin s’est déroulé la 1ère édition de la ‘Verticale Sky Costanera’, une course de côte urbaine qui consiste en l’ascension d’un gratte-ciel de 62 étages. Invité de dernière minute, j’ai eu le privilège de visiter le ’63e étage’ : PODIUM !

La course, qui se déroulait sur invitation, était à priori à guichets fermés depuis quelques semaines. Sur le coup des 23h30, hier soir, je reçois cependant une invitation ‘last-minute’ des organisateurs, un autre coureur s’étant désisté. A cet instant, un relatif ‘problème’ se présente : je suis en pleine dégustation de succulents vins chiliens en compagnie d’un pote allemand (tu vois le genre de problème … haha!). Mais l’occasion de participer à une course si unique, si folle et si fun, ça ne se présente qu’une fois ! Exit la fin de la dégustation, j’suis rentré comme un brave, réveil prévu aux aurores.

Il est 9h lorsque j’arrive dans le ‘Costanera Centre’, un centre commercial environ 10 fois plus grand que ce qui se fait en Suisse (j’y reviendrai dans un prochain post). Ce qu’il faut retenir, c’est que ce centre comprend la ‘Gran Torre’, le plus haut bâtiment d’Amérique du Sud (300m et 62 étages). Le défi du jour consiste à escalader l’édifice le plus rapidement en passant par … l’escalier de secours (oui Monsieur!). Les départs, échelonnés, s’effectuent toutes les 30 secondes et il n’y a aucun moyen de connaître sa position au cours de l’ascension.

Mes amis pompiers avant le départ

Des 108 participants, je suis l’un des derniers coureurs à m’élancer. Un dernier regard sur l’immensité vitrée qui se présente haut-dessus de moi et GO! Quinze mètres de plat et puis L’escalier. (la majuscule est ici importante). Pour y avoir passé un peu de temps, je peux assurément qualifier cet escalier de ‘quelconque de constitution’, voire ‘moche’ : les mêmes murs, les mêmes marches à paliers réguliers, encore et encore. Mentalement pas facile. Après dix étages, je rattrape le premier concurrent parti 30 secondes avant moi. Deux étages plus haut, je dépasse un … pompier tout équipé (!). Un trip chilien, sans doute. Big respect les mecs. De mon côté, les étages défilent et excepté les postes de premiers secours aux 20e et 40e étages, rien qu’une cage d’escalier. Pfiou! Il fait chaud et l’air est étouffant là-dedans, c’est quand qu’on arrive ?

Après 62 étages, zouuuh! De la lumière, un couloir, un sprint, l’arrivée. Étrange que de se retrouver sur un si beau point de vue, en habits de sport et entouré de coureurs. Plus étrange encore, ces personnes qui nous proposent des bonbonnes à oxygène. J’ai pas l’air d’aller bien … ? xD Au sommet, je rencontre quelques coureurs et coureuses et on s’échange nos numéros, promesse étant faite d’aller courir ensemble ces prochaines semaines.

J’apprends que je termine 3ème au scratch, un peu surpris. Il me semblait bien avoir repris quelques concurrents au cours de la montée, mais pas à ce point ^^. Finalement, j’effectue l’ascension de l’édifice en 9’05”, précédé de deux triathlètes chiliens : Vicente Trewhela (2e, 8’43”) et José Pablo Salazar (1er, 8’36”).

La suite ? Des kils et des kils, en préparation du ‘Wings for Life Challenge’ qui aura lieu le 8 mai prochain. A ce propos, ma campagne de récolte de fonds pour l’Association Wings for Life a abouti : EUR 1’000.- récoltés en moins de 3 semaines. Vous êtes magnifiques, merci ! 😀

Des potes chiliens, à l’arrivée.

Festin d’après-arrivée. Chic.

Le ‘Kit de départ’.


Liens relatifs :